Sur la Roumanie

La Roumanie est un pays situé dans le sud – est de l’Europe Centrale, sur le cours inférieur du Danube, au nord de la péninsule Balkanique et à la rive du nord – ouest de la Mer Noire. Sur son territoire sont situé à peu près toute la superficie du Delta du Danube et la côte sud et centrale des Carpates. Elle voisine avec la Bulgarie au sud, la Serbie au sud – ouest, la Hongrie au nord – ouest, l’Ukraine au nord – est et la République de Moldova à l’est et au sud – est la rive de la Mer Noire. Le long de l’histoire, des différents parties du territoire actuel de la Roumanie ont appartenues et ont été administrées par la Dace, l’Empire Romain, l’Empire Ottoman, l’Empire Russe ou l’Empire Autrichien - Hongrois.
La Roumanie est devenue état souverain en 1859 à la suite de l’union entre la Moldavie et le Pays Roumain, étant dirigé par Alexandru Ioan Cuza et reconnu en tant que pays indépendant 19 ans plus tard. En 1918, la Transylvanie, la Bucovine et la Bassarabie se sont unies avec la Roumanie en formant la Grande Roumanie ou la Roumanie d’entre les deux guerres mondiales, qui a eu l’extension territoriale maximum dans l’histoire de la Roumanie (295.641 km2)
A la veille de la Deuxième Guerre Mondiale (1940) la Grande Roumanie (complétée, achevée) sous la pression de l’Allemagne dirigée par Hitler et la collaboration du gouvernement pronazi dirigé par Ghigurtu a cessé son existence par la cession de territoires à la Hongrie (le nord de la Transylvanie), à la Bulgarie (le Cadrilatère) et à l’Union Soviétique (la Bassarabie, la Herce et la Bucovine de nord). Après l’abolition du régime d’Antonescu du 23 août 1944 et le retour, rebroussement des armes contre les Pouvoirs de l’Axe,  la Roumanie s’est ralliée aux Pouvoirs Alliés (l’Angleterre, les Etats-Unis, la France et l’Union Soviétique) et a récupéré le nord de la Transylvanie, ce qui a été définitivé par le Traité de Paix de Paris signé le 10 février 1947. Au moment du démembrement de l’Union Soviétique et de l’éloignement du régime communiste installé en Roumanie (1989), notre pays a initié toute une série de réformes économiques et politiques. Après une décennie de problèmes économiques, la Roumanie a introduit des nouvelles réformes économiques d’ordre général (comme la côte unique de l’impôt en 2005) et a adhéré à l’Union Européenne le 1er janvier 2007.
La Roumanie est une république demi présidentielle. C’est le neuvième pays selon la superficie du territoire (238 391 km2) et le septième selon le nombre de la population (plus de 22 millions d’habitants) parmi les états membres de l’Union Européenne. La capitale du pays, Bucarest, c’est la plus grande de ses villes et la sixième ville de l’Union Européenne selon la population (1,9 millions d’habitants). En 2007, la ville de Sibiu a été élue la Capitale Européenne de la Culture. La Roumanie est membre de l’OTAN (du 29 mars 2004), de l’Union Européenne (du 1er janvier 2007), de l’Union Latine de la Francophonie et de l’OSCE.

La dénomination « la Roumanie » parvient du « Roumain », mot dérivé du mot latin « Romanus ».
L’Etat moderne roumain a été crée par l’union des principautés la Moldavie et la Munténie (ou le Pays Roumain), en 1859, par l’élection concomitante simultanée de Alexandru Ioan Cuza comme prince régnant dans les deux provinces.
Après la chute du communisme  dans tout le reste de l’Europe d’Est, au milieu du mois de décembre 1989, un proteste a commencé à Timisoara qui s’est rapidement transformé en proteste national contre le régime de Ceausescu, en éloignant du pouvoir le dictateur. Une organisation intérimaire formée des anciens officiels communistes a assumé le contrôle du gouvernement et Ion Iliescu est devenu le président provisoire du pays. Le nouveau gouvernement a révoqué beaucoup de politiques oppressives et a emprisonné quelques-uns des dirigeants du régime communiste.
Depuis 2004 la Roumanie est membre de l’OTAN et depuis 2007 elle est devenue membre de l’Union Européenne. Le territoire actuel de la Roumanie est aussi appelé « l’espace carpato – danubienne – pontique », puisque la Roumanie se superpose à un système territorial européen dont le contour est tracé selon la forme du cercle des Carpates Roumains et des régions limitrophes imposées et subordonnées d’une manière complémentaire aux Carpates, en confinant au fleuve du Danube vers le sud et à la Mer Noire à l’est.
Sur le globe, la Roumanie est située dans l’hémisphère nordique, à l’intersection du parallèle le 45o  latitude nordique et du méridien de 25o longitude estique, tandis que en Europe, elle est située dans la partie centrale sud – est aux distances approximativement égales par rapport aux extrémités du continent européen. La Roumanie voisine au nord avec l’Ukraine, la frontière de sud est formée avec la Bulgarie (une grande partie étant frontière aquatique avec le Danube), à l’ouest avec la Hongrie, dans le sud – ouest la Serbie et dans l’est avec la République de Moldavie (formée entièrement par le Prut). Les frontières de la Roumanie s’étendent sur 3150 km, dont 1876 sont devenus, en 2007, des frontières de l’Union Européenne (vers la Serbie, la Moldavie et l’Ukraine), pendant qu’avec la Mer Noire, la frontière formée a une longueur de 194 km sur la plate – forme continentale (245 km de rive). La superficie de la Roumanie est de 238 391 km2, à laquelle on ajoute 23 700 km2 de la plate – forme de la Mer Noire.
La faune de la Roumanie est repartie spécialement en fonction de la végétation. Ainsi, pour le niveau de la steppe et de la sylve - steppe sont spécifiques les espèces suivants : le lièvre, le hamster, le spermophile, le faisan, l’outarde, la caille, la carpe, le carassin, le brochet, le sandre, le silure ; pour le niveau des forets des feuillus (chaîne et hêtre) : le sanglier, le loup, le renard, le barbeau, la pie épeiche, le pinson ; pour le niveau des forêts de conifères : la truite, l’espèce de truite, le lynx, le cerf, tandis que pour la faune alpine sont les chèvres noires et les aigles chauves.

Le Delta du Danube est particulièrement l’abri des centaines d’oiseaux, y incluant des pélicans, des cygnes, des oies sauvages et des flaments protégés par la loi (ainsi que le sanglier et le lynx). Le Delta représente aussi une halte saisonnière pour les oiseaux migrateurs. Quelques – unes des espèces rares, les oiseaux qui se trouvent dans la zone de Dobrogea sont le pélican crépu, le cormoran petit, la spatule, l’oie à la poitrine rouge et l’oie sauvage, mais aussi le cygne d’hiver.
Le climat de la Roumanie est déterminé premièrement par sa position sur le globe, ainsi que par sa position géographique sur le continent européen. Ses particularités confèrent au climat un caractère tempéré continental avec des nuances de transition.
L’extension du territoire du pays sut à peu près 5o latitude impose des différences plus grandes entre le sud et le nord du pays en ce qui concerne la température que l’extension sur environ 10o longitude, de sorte que si la température moyenne annuelle dans le sud du pays s’élève à environ 11o C, dans le nord du pays, sur des altitudes comparables, les valeurs de ce paramètre sont plus descendues avec environ 3o C. Entre l’extrémité ouest et celle d’est du territoire national, la différence thermique se réduit à 1o C (10o C à l’ouest, 9o C à l’est).
Le relief du pays a un rôle essentiel dans la détermination des zones et étages climatiques. Les Monts Carpates forme une barrière qui sépare les rudes climats continentaux  d’est de ceux d’ouest de type océanique et adriatique. En conclusion, le climat de la Roumanie est l’un de type tempéré – continental avec quatre saisons et est marqué par des influences des climats de steppe, d’est, des climats adriatiques du sud – ouest, océaniques d’ouest et nord – ouest, en gardant pourtant l’identité du climat carpato – ponto - danubien.
Le précipitations sont modérés, en variant de la quantité insuffisante de 400 mm de Dobrogea aux 500 mm dans la Plaine Roumaine et jusqu’aux 600 mm dans celle d’ouest. Les précipitations augmentent en même temps que l’altitude, en dépassant par endroits 1000 mm sur an.
Traversée par les eaux du Danube, la Roumanie a un relief varié, incluant les Montagnes Carpates, la cote de la Mer Noire et le Delta du Danube, le mieux préservé parmi les deltas européen.
Les villages roumains gardent généralement une manière de vivre traditionnelle. La Roumanie jouit d’une richesse de l’architecture religieuse et conserve quelques villes médiévales et châteaux.
Le tourisme en Roumanie se concentre sur les paysages naturels et sur da riche histoire, ayant aussi une contribution importante à l’économie du pays. En 2006, le tourisme intérieur et international a assuré 48 % du PIB et environ une demi million d’emplois (5,8 % du total des emplois). Après le commerce, le tourisme est la deuxième branche importante du secteur de services. Entre les secteurs économiques de la Roumanie, le tourisme est l’un dynamique et en train de se développer rapidement, étant aussi caractérisé par un grand potentiel d’extension.
Selon les estimations World Travel and Tourism Council, la Roumanie occupe la quatrième place au top des pays qui connaissent un développement rapide du tourisme, avec une croissance annuelle du potentiel touristique de 8 % de 2007 jusqu’à 2016. Le nombre des touristes a grandi à partir de 4,8 millions en 2002, à 6,6 millions en 2004. De même, en 2005 le tourisme roumain a attiré des investissements de 400 millions euros.
Dernièrement, la Roumanie est devenue une destination préférée pour beaucoup d’Européens (plus de 60 % des touristes étrangers proviennent des pays membres de l’UE) en rivalisant et en étant en concurrence avec des pays comme la Bulgarie, la Grèce, l’Italie ou l’Espagne. Des stations comme Mangalia, Saturn, Venus, Neptun, Olimp et Mamaia (appelées parfois la Rivière Roumaine) se trouvent parmi les principales attractions touristiques pendant l’été. Pendant l’hiver, les stations de ski sur la Vallée de Prahova et de Poiana Brasov sont des destinations préférées  des touristes étrangers.
Pour leur atmosphère médiévale ou bien pour les châteaux qui se trouvent tout près, des nombreuses villes de Transylvanie comme Sibiu, Brasov, Sighisoara, Cluj-Napoca ou Targu Mures sont devenues importants points d’attraction pour les touristes. Depuis peu de temps s’est développé aussi le tourisme rural qui se concentre sur la promotion du folklore et des traditions. Les principaux points d’attraction sont représentés par le Château de Bran, les monastères peints à l’extérieur du nord de la Moldavie, les églises en bois de Transylvanie et le Cimetière Gai de Săpânţa. La Roumanie offre aussi des attractions touristiques naturelles, comme le Delta du Danube, les Portes de Fer, la Grotte de Scărişoara et d’autres grottes du Monts Apuseni.
Par ses fonctions complexes, par sa position dans le cadre du pays et par ses nombreux objectifs à valeur historique, architectonique et d’une autre nature, Bucarest représente l’un des nombreux centres touristiques de la Roumanie. Bucarest se fait remarquer par le mélange éclectique de styles architecturaux, en commençant par  Curtea Veche, les vestiges du palais de Vlad Ţepeş du XV-e siècle – celui qui a été le fondateur de la ville et, en même temps, la source d’inspiration pour le personnage Dracula, aux églises orthodoxes, aux villas en style Second Empire, à l’architecture chargée staliniste de la période communiste et terminant avec le Palais du Parlement, un bâtiment colossal avec six milles de pièces, la deuxième comme grandeur dans le monde après le Pentagone.
La Bucovine est située dans le nord de la Roumanie, au nord-ouest de la Moldavie. Région montagnarde avec des traditions pittoresques ethnographiques qui persistent d’une manière non altérée, la Bucovine se fait remarquer par une activité touristique dynamique, due en premier lieu aux monastères. Les cinq monastères avec peinture extérieure, entrés dans le patrimoine touristique mondial, préservent leurs caractéristiques après plus de 450 ans.
La liste du Patrimoine Mondial UNESCO inclut des monuments de Roumanie tels les agglomérations des Sass, population d’origine allemande établie en Transylvanie aux XIIe – XIIe s avec des églises fortifiées de Transylvanie, les églises peintes du nord de la Moldavie, les églises en bois de Maramureş, le Monastère Horezu, la Cité de Sighişoara, les forteresses daces des Montagnes d’Orăştie et le Delta du Danube. De même, en 2007, la ville de Sibiu a été la capitale européenne de la culture en même temps que Luxembourg.








web counter
web counter